Membres |

Enseignants et chercheurs

Julien Bonhomme

Julien Bonhomme
Maître de conférences ENS
Institution(s) de rattachement : ENS


Contact

Laboratoire d'Anthropologie Sociale, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

Tél : 00 33 (0)1 44 27 17 53

Courriel

 

Présentation

Ancien élève de l'Ecole normale supérieure (1995) et agrégé de philosophie (1998), j'ai obtenu un doctorat d'anthropologie à l'École des hautes études en sciences sociales en 2003. J'ai été maître de conférences en anthropologie à l'université Lumière Lyon-2 (2006), puis directeur-adjoint du département de la recherche et de l'enseignement du musée du quai Branly (2008). Je suis actuellement maître de conférences en anthropologie à l'Ecole normale supérieure (Paris) et chercheur au Laboratoire d'anthropologie sociale. [CV détaillé]

 

Équipes

 

Thèmes de recherche

  • Anthropologie de la communication : paroles rituelles, rumeurs sorcellaires, écritures prophétiques. S’appuyant sur des enquêtes de terrain au Gabon et plus récemment au Sénégal et à Cuba, aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, mes recherches se situent au croisement d’une anthropologie du rituel et du religieux et d’une anthropologie de la communication attentive aux dynamiques sociales de l’interaction et de l’énonciation. Mes travaux actuels, qui portent d’une manière générale sur les pouvoirs sociaux de la parole, articulent trois volets thématiques :

  • 1. L’exercice de la parole en contexte rituel. A partir d’une ethnographie des traditions initiatiques au Gabon, je m’intéresse à différents types de discours rituels (divination, invocation, serment, ordalie, malédiction, etc.) afin d’étudier comment la parole est dotée d’une efficace propre. Dans ce cadre, j’étudie l’articulation de la parole avec les autres registres d’expression mobilisés par le rituel (action, musique, image, artefacts). De façon plus générale, je m’intéresse aux rapports que la parole rituelle entretient avec la parole ordinaire (la promesse constituant un cas limite intéressant), avec les questions de genre (par exemple dans le cas des malédictions féminines, réputées particulièrement dangereuses) ou encore avec le discours politique (les deux registres étant largement imbriqués en milieu rural). De manière connexe, j’étudie également de quelles façons la figure du Blanc intervient dans ces rituels depuis l’époque coloniale : ni caricature subversive, ni révérence servile, la représentation rituelle des Blancs permet de rejouer autrement la relation qu’on entretient avec eux.

  • 2. Les dynamiques contemporaines de la sorcellerie: des ragots familiaux aux rumeurs transnationales. A partir d’études de cas au Gabon et au-delà en Afrique, je m’intéresse aux dynamiques de la parole accusatrice dans les affaires de sorcellerie. J’étudie la circulation des ragots au sein de la famille et du voisinage, en montrant comment les allégations de sorcellerie reposent sur des formes indirectes de communication qui permettent d’esquiver le conflit frontal. J’examine en outre comment la divination offre une scène rituelle sur laquelle les accusations de sorcellerie peuvent s’exprimer publiquement. Parallèlement, je m’intéresse aux rumeurs de sorcellerie qui échappent à la sphère de la parenté et circulent à bien plus vaste échelle, parfois à travers tout le continent africain. La modernité coloniale et postcoloniale a en effet permis l’émergence d’un imaginaire sorcellaire transnationalisé. J’étudie alors comment ces rumeurs sont propagées par les médias et la « radio-trottoir ». J’examine en outre comment ces nouvelles formes de sorcellerie, exploitant l’inquiétude suscitée par les situations d’anonymat, donnent lieu à des accusations publiques qui dégénèrent parfois en lynchages. Les rumeurs de sorcellerie s’avèrent être des affaires exemplaires pour comprendre l’Afrique contemporaine, les types de sociabilité, les modes de communication, les normes morales et les formes de violence qui y ont cours.

  • 3. Les écritures prophétiques. Dans le cadre d’un projet plus large sur l’appropriation rituelle des technologies modernes de communication, je m’intéresse aux usages de l’écriture au sein des prophétismes africains (qu’il s’agisse de l’invention d’un nouveau script ou d’une graphie existante). Je montre que ces écritures prophétiques, qui servent autant à manifester l’autorité charismatique du prophète qu’à communiquer un message religieux, empruntent à la fois au document officiel et aux Écritures saintes. Elles renvoient à une idéologie scripturaire dont l’origine est à chercher dans la situation coloniale : technique de pouvoir autant que de savoir, l’écriture est intimement associée à ces deux pivots de la colonie que sont la mission et l’administration. En l’intégrant à leurs traditions religieuses, les spécialistes rituels cherchent ainsi à s’approprier les pouvoirs de l’écriture. En sus d’une enquête ethno-historique sur les prophétismes gabonais et congolais depuis l’époque coloniale, cette recherche s’appuie sur un travail ethnographique mené avec un prophète autoproclamé qui, depuis plusieurs décennies, couvre les murs de Libreville de graffitis, tant pour afficher son pouvoir démiurgique que pour protester contre le régime en place.


 

Terrains

  • Gabon, Sénégal, Cuba

 

Enseignements

 

Principales publications

[La liste complète de mes publications se trouve sur mon site personnel]

Ouvrages (ouvrages en nom propre ou édités, direction de n° de revues)

  • 2012 (avec François Berthomé et Gregory Delaplace) Cultivating Uncertainty: Ethnographies of opaque sociality, HAU. Journal of ethnographic theory, vol. 2, n°2.
  • 2010 (avec Nicolas Jaoul) Grands hommes vus d'en bas, Gradhiva, n°11.
  • 2009 Les Voleurs de sexe. Anthropologie d'une rumeur africaine, Paris, Seuil.
  • 2009 (avec Carlo Severi) Paroles en actes, Paris, L'Herne (Cahiers d'anthropologie sociale 5) .
  • 2006 Le Miroir et le crâne. Parcours initiatique du Bwete Misoko (Gabon). Paris, CNRS-MSH.

Articles (articles de revues, chapitres d'ouvrages collectifs)

 

Sites recommandés

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
52 rue du Cardinal-Lemoine
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 31
Courriel