Membres |

Enseignants et chercheurs

Julien Bonhomme

Julien Bonhomme
Maître de conférences ENS
Institution(s) de rattachement : ENS


Contact

Laboratoire d'Anthropologie Sociale, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

Bureau 223

Tél : 00 33 (0)1 44 27 17 53

Courriel

 

Présentation

Ancien élève de l'École normale supérieure (1995) et agrégé de philosophie (1998), j'ai obtenu un doctorat d'anthropologie à l'École des hautes études en sciences sociales en 2003. J'ai été maître de conférences en anthropologie à l'université Lumière Lyon-2 (2006-2008), puis directeur-adjoint du département de la recherche et de l'enseignement du musée du quai Branly (2008-2012). Je suis actuellement maître de conférences en anthropologie à l'École normale supérieure (Paris) et chercheur au Laboratoire d'anthropologie sociale, dont j'assure en outre la co-direction depuis 2020. J'ai soutenu une Habilitation à Diriger des Recherches en 2020 à l'université Paris-Descartes.

Alumnus of the École normale supérieure (1995), agrégé in philosophy (1998), I received a PhD in anthropology from the École des hautes études en sciences sociales in 2003. I have been assistant professor in anthropology at the University of Lyon-2 (2006) and deputy director of the research and teaching department of the quai Branly museum in Paris. I am currently associate  professor in anthropology at the École normale supérieure (Paris) and researcher at the Laboratoire d'anthropologie sociale and co-director of the Laboratoire since 2020. I obtained the Habilitation degree in 2020 from Paris-Descartes University.

 

Équipes

 

Thèmes de recherche

  • J’étudie les pouvoirs de la parole en société à partir d’une approche ethnographique des échanges langagiers et, de manière plus générale, des pratiques de communication. L’analyse des interactions langagières et de leur enchâssement dans des contextes sociohistoriques plus larges vise à mettre en lumière comment les relations sociales sont produites et reproduites à travers ces échanges. Mes recherchent portent aussi bien sur la parole religieuse que sur les pratiques d’écriture, la circulation transnationale de rumeurs, la production et la réception de l’information journalistique ou la communication numérique. En variant les échelles d’analyse et en combinant les enquêtes ethnographiques et historiques, mes travaux relient l’étude détaillée de contextes d’interlocution à celle de processus sociohistoriques de plus vaste ampleur : la colonisation, la modernité urbaine, la mondialisation des médias et des technologies de communication. S’appuyant sur des enquêtes de terrain au Gabon et au Sénégal, ainsi que sur un travail d’archives sur l’Afrique coloniale, mon projet associe quatre volets thématiques connexes :

     

    1. Rituel. Paroles, objets et images. Le premier volet porte sur l’exercice ritualisé de la parole, en contexte religieux notamment. En me penchant sur différents genres de discours (divination, serment, malédiction, incantation, panégyrique...) et types de spécialistes rituels (devin, prophète, marabout, griot…), j’examine comment la prétention à exercer un pouvoir par la parole ou à énoncer la vérité est construite et légitimée socialement. J’étudie également l’articulation de la parole avec les autres moyens d’expression mobilisés par le rituel, par exemple la musique, la danse, les images et les artefacts. En portant mon attention sur les images et les objets, j’ai été amené à examiner de quelles façons la figure de l’Européen a été intégrée dans l’univers symbolique des populations locales depuis le xixe siècle. Ce travail participe d’une réflexion plus large sur la situation coloniale afin de comprendre comment celle-ci a été pensée et vécue par les sujets colonisés.

     

    2. Prophétisme. Religion, écriture et pouvoir. S’appuyant sur un travail dans les archives administratives et missionnaires, le second volet porte sur les usages de l’écriture au sein des prophétismes d’Afrique centrale. Manifestant l’autorité charismatique du prophète, ces écrits s’inspirent à la fois des religions du Livre et du modèle bureaucratique du document officiel. Ils renvoient à une idéologie scripturaire dont l’origine s’enracine dans la situation coloniale : instrument de pouvoir autant que de savoir, l’écriture est étroitement associée à ces deux piliers de l’ordre colonial que sont l’État et les congrégations missionnaires. C’est parce que les Européens ont massivement utilisé l’écrit pour asseoir leur domination que les sujets colonisés se sont appropriés ces signes de pouvoir afin de s’opposer à elle. Reprenant à nouveau frais les analyses wébériennes sur le charisme et la bureaucratie, j’examine ainsi comment l’écrit participe à la construction de l’autorité à la croisée des sphères politique et religieuse.

     

    3. Sorcellerie. Des ragots familiaux aux rumeurs transnationales. Le troisième volet porte sur la sorcellerie et les dynamiques de la parole accusatrice. J’étudie la circulation des ragots liés à la sorcellerie en montrant qu’il s’agit d’une stratégie de communication indirecte permettant d’esquiver le conflit frontal dans un groupe d’interconnaissance comme la famille ou le voisinage. J’étudie en outre une série de rumeurs de sorcellerie ayant circulé à une échelle plus vaste, parfois à travers tout le continent africain. J’analyse comment ces rumeurs sont propagées par le bouche-à-oreille, mais aussi les médias et internet. J’examine comment elles mènent à des accusations publiques, des violences et des lynchages. Loin d’être de simples faits divers, ces rumeurs sont des affaires exemplaires permettant d’éclairer les sociétés africaines contemporaines sous un jour original. Prolongeant ce travail sur la production, la circulation et la réception des fausses nouvelles, je m’intéresse également aux « infox », aux théories du complot et aux arnaques en ligne.

     

    4. Lutte sénégalaise. La fabrique de la renommée. Le dernier volet porte sur la lutte sénégalaise, véritable passion nationale dans le pays. Je retrace l’histoire de la transformation de la lutte villageoise en un sport-spectacle à l’époque coloniale. En parallèle, mon ethnographie suit toute la chaîne des acteurs et des institutions de la lutte : les lutteurs et les « écuries » où ils s’entraînent dans les quartiers populaires de Dakar et sa banlieue ; les instances officielles chargées par l’État d’encadrer la pratique sportive ; les promoteurs, les sponsors et les notables qui organisent, financent ou parrainent les combats ; les médias qui en assurent la publicité ; les griots qui chantent les louanges des champions ; les marabouts qui s’occupent de leur « préparation mystique ». J’étudie en particulier les mobilisations collectives autour des lutteurs et des espoirs de réussite qu’ils incarnent. Aucun lutteur ne peut réussir sans le soutien de sa famille, son quartier et son village d’origine. Pour ce faire, il doit accomplir tout un travail réputationnel afin de cultiver sa renommée. En plaçant au centre de mes analyses la « popularité », valeur cardinale de l’arène, je propose une réflexion plus générale sur les logiques sociales de la notoriété et de la célébrité au-delà du seul champ sportif.

     

     

Terrains

  • Gabon, Sénégal, Cuba

 

Enseignements

Voir la présentation de mes enseignements sur le site du département de sciences sociales de l'ENS.

 

Principales publications

[La liste complète de mes publications se trouve sur mon site personnel]

 

Ouvrages

Soumis à publication. Le Champion du quartier. Sport, spectacle et célébrité au Sénégal.

2017 (avec Julien Bondaz) L'Offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal, Paris, éditions du CNRS, collection Bibliothèque de l'anthropologie, 288 pages.

2016 The Sex Thieves. The Anthropology of a Rumor, Chicago, HAU Books, 192 pages (édition révisée et augmentée des Voleurs de sexe).

2009 Les Voleurs de sexe. Anthropologie d'une rumeur africaine, Paris, Seuil, collection La Librairie du XXIe siècle, 192 pages.

2006 Le Miroir et le Crâne. Parcours initiatique du Bwete Misoko (Gabon). Paris, CNRS éditions - éd. de la MSH, collection Chemins de l'ethnologie, 247 pages.

 

Direction d'ouvrages collectifs et de numéros de revues

2018 (avec Sandra Fancello) Face à la sorcellerie, Cahiers d'études africaines, n° 231-232.

2012 (avec François Berthomé et Gregory Delaplace) Cultivating Uncertainty: Ethnographies of opaque sociality, HAU. Journal of ethnographic theory, vol. 2, n° 2.

2010 (avec Nicolas Jaoul) Grands hommes vus d'en bas, Gradhiva, n° 11.

2009 (avec Carlo Severi) Paroles en actes, Paris, L'Herne (Cahiers d'anthropologie sociale 5), 192 pages .

2008 (avec Michèle Cros) Déjouer la mort en Afrique. Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches, Paris, L’Harmattan (collection Études africaines), 170 pages.

2006 Anthropologie religieuse, Cahiers Gabonais d'Anthropologie, n° 17.

 

Articles de revues et chapitres d'ouvrages (publications récentes depuis 2018)

2021 “Passeport pour le Ciel. Prophétisme et bureaucratie au Congo (1921-1960)”, Gradhiva, n°32 (Livres sorciers), p. 124-143.

2020 “L'appel du tambour. Danse et musique dans la lutte sénégalaise”, Cahiers d'ethnomusicologie, n° 33 (Conflits et aggressivité), p. 19-38.

2019 “Fausses rumeurs ? Éthique et épistémologie de la vérité”, Monde commun. Des anthropologues dans la cité, n° 2, p. 164-179.

2019 “L’individu et le collectif. Parcours africaniste”, in G. Cometti, P. Le Roux, T. Manicone, N. Martin (dir.), Au seuil de la forêt. Hommage à Philippe Descola, Poullaouen, Tautem, p. 123-134.

2018 “Incident autour d'un poteau. Rituel, script et performance dans le Bwiti du Gabon”, L'Homme, n° 227-228, p.153-177. Traduction anglaise : “Incident Surrounding a Post: Ritual, Script and Performance in the Bwiti of Gabon”.

2018 (avec Sandra Fancello) “L'État et les institutions face à la sorcellerie”, Cahiers d’études africaines, n° 231-232, p. 573-591. Traduction anglaise : “How States and institutions confront witchcraft”.

2018 (avec Laurent Gabail) “Lutte mystique. Sport, magie et sorcellerie au Sénégal”, Cahiers d’études africaines, n° 231-232, p. 939-974.

2018 “Witchcraft and Discourse Genres: From Intimate Stories to Public Rumours”, in D. Péclard, J.-P. Warnier (eds), Debating witchcraft in Africa. The “Magritte effect”, Bamenda, Langaa, p. 31-39 (traduction de “Les genres discursifs de la sorcellerie: des histoires intimes aux rumeurs publiques”).

 

Sites recommandés

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
52, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel