Membres |

Enseignants et chercheurs

Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca

Maître de conférences EPHE

Chaire Religions des indiens sud-américains: sociétés des basses terres

Direction avec Pierre Déléage de l'équipe Anthropologie Linguistique, LAS.

Présidence de la Société des Amis des Sciences Religieuses (SASR) EPHE, Vème Section.

 

Contact : Laboratoire d’Anthropologie Sociale, 3 rue d'Ulm, 75005 Paris

Tél : 00 33 (0)1 44 27 18 86

mail: andrea-luz.gutierrez-choquevilca@ephe.sorbonne.fr


Présentation (English below)

Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca est maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études-Sorbonne, PSL. Élue à la chaire Religions des Indiens Sud-américains : sociétés des basses-terres » à la Ve section de l'École pratique des hautes études en 2012, elle est co-fondatrice avec Pierre Déléage de l’équipe Anthropologie linguistique au Laboratoire d’anthropologie sociale et présidente de la Société des Amis des Sciences Religieuses à l’EPHE. Après des études de philosophie en classes préparatoires à l’École Normale Supérieure Fontenay St Cloud et à Paris IV, une formation en ethnologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, elle développe des recherches en anthropologie linguistique dans une thèse de doctorat consacrée à la pragmatique de l’énonciation rituelle, au chamanisme et aux relations écologiques chez les peuples Runa d’Amazonie péruvienne (2012).

Thèmes de recherche

Anthropologie linguistique et analyse pragmatique de l'action rituelle

L’étude de l'énonciation, de l'action rituelle, et l'exploration des théories de la connaissance amérindiennes sont les cibles principales de ses recherches. Elle s’intéresse aux systèmes de traduction propres aux langues secrètes rituelles et plus généralement aux formes de transmission du savoir. Ses travaux explorent le champ des performances orales, l’ethnographie des formes linguistiques iconiques propres à la communication humaine ou interspécifique, la sémiotique des écritures amérindiennes (Andes, Amazonie), les enjeux interactionnels des relations en « face-à-face » et des formes de pouvoir dans le monde animiste. Plus de douze années de missions ethnographiques régulières entre l’Amazonie et les Andes (Pérou : Haut Pastaza, Napo, Ucayali, Huallaga, région de Cusco, Lac Titicaca ; Bolivie : Chuquisaca) ont mis au jour une réflexion comparatiste sur l’énonciation rituelle, le « passage à l’écriture » et les formes d’auctorialité amérindiennes.Comment se combinent des formes variées de transmission oscillant entre révélation (rêve, vision, narcose), répétition orale, imprégnation corporelle, « lecture », « écriture » ou figuration (iconographie des visions)? Pourquoi les langues rituelles échappent-elles aux conventions ordinaires de la communication humaine ? Qu’est ce qu’une « rencontre » entre humains et non humains, quand le face-à-face paraît frappé d’impossibilité ?

Anthropologie du pharmakôn:  perception et transformation des formes de vie

Le second volet de ses recherches explore les formes de catégorisation du vivant et la question des relations écologiques trans-espèces à travers la notion de pharmakôn. Cette approche étudie la façon dont l’humain, tel un démiurge, met au monde son remède et son propre poison. Le point de départ est une enquête ethnobotanique et ethno-médicale issue de plusieurs années de terrain en Amazonie sur les pratiques thérapeutiques chamaniques des Runa, Achuar, Shipibo, Cocama et experts métis amérindiens. A travers l'étude du pharmakôn, Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca aborde les définitions emic de la perception, les états de conscience altérés et les formes de sensorialités qui se tissent entre humains, végétaux, animaux, artefacts dans le cadre élargi des relations trans-espèces. Cette approche est développée dans l’ouvrage collectif qu’elle a dirigé (Guérir, Tuer, ed. L'Herne, 2017). Ce livre développe une réflexion anthropologique comparatiste sur les ethnothéories de la vie, les techniques de guérison et les frontières ténues qui séparent les corps humains et non-humains.

Christianismes amérindiens: études historiques et sémiotiques des pratiques subversives liées à l'évangélisation du Nouveau Monde

Cette troisième ligne de recherche est consacrée à l’étude des transformations historiques et sémiotiques des systèmes de transmission du savoir amérindien, dans un contexte colonial et contemporain. Spécialiste des langues quechua, Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca explore la dynamique des relations entre missionnaires et traducteurs et les enjeux de la traduction des textes chrétiens en langues amérindiennes. Dans la continuité de ses enquêtes menées dans les Basses Terres, en collaboration avec Pierre Déléage, initiateur de ce projet collectif, elle co-dirige une enquête sur la sémiotique des écritures andines en langue quechua. Ce projet a pour ambition l’analyse scientifique d’une écriture unique au monde, l’écriture andine « Llutasqa » de la région de Chuquisaca (Bolivie) qui sert principalement à écrire le quechua et à mémoriser des discours rituels prononcés pendant la période du Carême dans les communautés andines de la région NorCinti. Cette écriture se caractérise par une sémiotique logo-syllabique (elle note soit des unités sémantiques, soit, en grande majorité, des syllabes, souvent à l’aide de rébus) et par une pragmatique attachée (elle ne sert qu’à transcrire un corpus de textes limité qui doit faire l’objet d’une mémorisation orale).

Terrains  

  • Amazonie
  • Andes
  • Pérou, Équateur, Bolivie
  • Quechua (basses terres, hautes terres), Achuar (jivaro), Andoa (zaparo), Cocama, Shipibo.

Équipe 

Enseignements 2017-2018

Anthropologie pragmatique. Transformations des formes de communication rituelle amérindiennes,séminaire EPHE, PSL-EHESS.

Anthropologie générale : à l’interface des sciences sociales et des sciences naturelles, soutenu par PSL University Research (EPHE-EHESS-ENS), avec Charles Stépanoff et Claudine Cohen.

Séminaire d’anthropologie américaniste, EHESS-LAS-EREA. Co-responsable avec A. Ariel de Vidas et I. Daillant.

Anthropologie des religions et du fait religieux. mention Anthropologie (EPHE, PSL-EHESS).

Responsabilités scientifiques et éditoriales

  • Présidente de la Société des Amis des Sciences Religieuses (SASR) EPHE, Vème Section.
  • Membre du Conseil scientifique de la Commission CNRS Legs Lelong.
  • Membre du Conseil pédagogique de la mention Ethnologie, Anthropologie Sociale de la formation doctorale de l’EHESS.
  • Direction avec Pierre Déléage de l’Équipe Anthropologie linguistique, Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France.
  • Direction avec Charles Stépanoff et Claudine Cohen du projet SPIF, PSL Research University:  Anthropologie générale : à l’interface des sciences humaines et de sciences naturelles (EPHE-EHESS-Collège de France).
  • Responsabilité scientifique avec Vincent Roumy et Lastenia Ruiz (UNAP) du Projet ARPIA (Association de Recherche sur les Pharmacopées d’Amérique du Sud). Coopération internationale avec l’Université Nationale UNAP (Iquitos, Pérou) et l’Université Lille II.
  • Membre du comité de rédaction du Journal de la Société des Américanistes, Paris.
  • Membre du comité de rédaction des Cahiers d’Anthropologie Sociale, Editions de L’Herne.
  • Membre du comité de rédaction du Bulletin de la Société des Amis des Sciences Religieuses.

Organisation de colloques 2015-2017

Sélection de publications récentes

Ouvrages, direction d’ouvrage

-Guérir, Tuer,Cahiers d’Anthropologie Sociale (vol.14) Paris, Editions de L’Herne, 192 p., 2017. 

- Voix de maîtres et chants d’oiseaux. Pragmatique de l’univers sonore et de la communication rituelle chez les Quechua d’Amazonie (Pastaza). En préparation.

- Signatures et écrits d’un chamane amérindien. En préparation.

Sélection d’articles en revues à comité de lecture

« La contagion des images : voix enchâssées et dispositifs sensoriels dans un rituel chamanique amérindien », Hybrid. Revue des arts et médiations humaines n° 4 « Malaise dans la représentation », Presses Universitaires de Vincennes, Martial Poison & Monique Jeudy-Ballini (eds.), 2017.

« Des voix en abyme. Communication paradoxale et rencontres d’esprits en Amazonie », InGradhiva Revue d’anthropologie et d’histoire des arts(numéro 26) Anouk Cohen, Damien Mottier & Katerina Kerestetzi (eds.) En croire ses sens, pp. 134-163, 2017.

« Perception épistémique et apprentissage linguistique », Atelier d’Anthropologie : Anthropologie des perceptions sensorielles. Apprendre, Vincent Battesti & Joel Candau éds. En préparation.

« Transformer la nature. Une anthropologie du pharmakôn. ». In Guérir, Tuer, Cahiers d’Anthropologie Sociale, n° 14. Paris, Editions de L’Herne, pp.8-24, 2017.

« Un art de la maîtrise amérindien. Pour une approche relationnelle du poison ». In Guérir, Tuer, Cahiers d’Anthropologie Sociale n°14. Paris, Editions de L’Herne, pp. 58-85, 2017.

« Masques sonores et métamorphose dans les langues rituelles d’Amazonie péruvienne », Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines (Hommage à Bernard Lelong) 45 (1), pp. 17-47, 2016. https://bifea.revues.org/7779

« The traditional medical system in Lowland Quechua shamanism in the Peruvian Amazon. Antimicrobial activity of traditional plant in case of infectious diseases », (with V. Roumy & al.) Pharmacognosy, vol. 11 (44) : pp. 625-633, 2015.

« Face-à-face interspécifiques et pièges à pensée des Quechua de Haute Amazonie, Cahiers d’Anthropologie Sociale n° 9« Leurrer la Nature ». Paris, Editions de L’Herne, pp. 33-47, 2013. http://www.editionsdelherne.com/publication/leurrer-la-nature/

« Tropical Ethnobotany. Plants species from the Peruvian Amazon Rainforest (Peru) and their antimicrobial activity » (avec V. Roumy, J.-P. Lopez Mesia, L. Ruiz, J. Ruiz, T. Hennebelle, C. Neut), Planta Medica, 78, 2012.

« Sisyawaytii tarawaytii. Sifflements serpentins et autres voix d’esprits dans le chamanisme quechua du haut Pastaza (Amazonie péruvienne) », Journal de la Société des Américanistes (97-1), pp. 179-222, 2011. https://jsa.revues.org/11724

« Plants used by native Amazonian groups from the Nanay River (Peru) for the treatment of malaria » (with Vincent Roumy, L. Ruiz, Lil. Ruiz, M. Maco & M.  Cobos), Journal of Ethnopharmacology 133 (2), pp. 917-921, 2011.

« Imaginaire acoustique et apprentissage d’une ontologie animiste. Le cas des Quechua d’Amazonie péruvienne », Ateliers d’Anthropologie : L'agentivité. Ethnologie et Linguistique à la poursuite du sens. (vol. 34). https://ateliers.revues.org/8515, 2010.

Chapitres d’ouvrage, notices:

« Mary Douglas introduit la contestation au cœur de l’ordre symbolique » à propos de Mary Douglas, Purity and Danger. An Analysis of the Concepts of Pollution and Taboo, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1966., in Pour les sciences sociales 101 livres, Éditions de l’EHESS, 2017.

« Papageno au pied des Andes. Deux mélopées rituelles runa d’Amazonie péruvienne », Trophées. Etudes ethnologiques, indigénistes et amazonistes offertes à Patrick Menget, Philippe Erikson éd., Nanterre, Société d’Ethnologie, pp.255-256, 2016.

ENGLISH

Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca is a lecturer at the École Pratique des Hautes Études-Sorbonne, PSL. In 2012 she was appointed as Chair of South American Indigenous Religions: Lowland Societies [Religions des Indiens Sud-américains: sociétés des basses-terres] and the Fifth Section of the École pratique des hautes etudes. Along with Pierre Déléage, she co-founded the linguistic anthropology team at the LAS and is chairperson of the Société des Amis des Sciences Religieuses [Society of the Friends of Religious Sciences] at the EPHE. After studying philosophy in preparatory classes at the École Normale Supérieure Fontenay St. Cloud and Paris IV, and ethnology at the Université Paris Ouest Nanterre, she carried out research in the field of linguistic anthropology as a part of her PhD thesis on the pragmatics of ritual utterances, shamanism, and ecological relations among the Runa people in the Peruvian Amazon (2012).

Research topics

Linguistic anthropology and pragmatic analysis of ritual action

The main targets of her research are the study of speech and ritual action, and more generally the exploration of Amerindian theories of knowledge. She focuses on translation systems peculiar to secret ritual languages and more generally to forms of knowledge transmission. Her work explores the field of oral performance, the ethnography of iconic linguistic forms in human or inter-specific communication, the semiotics of Amerindian writing systems (the Andes, the Amazon), interactional issues in “face-to-face” relations, and forms of power in the animist world. More than twelve years of regular ethnography studies in the Andes (Peru: Haut Pastaza, Napo, Ucayali, Huallaga, Cuzco region, Lake Titicaca; Bolivia: Chuquisaca) have resulted in comparative reflection on ritual utterance, the “transition to writing”, and Amerindian forms of auctoriality. How are varied forms of transmission combined, oscillating between revelation (dreams, visions, narcosis), oral repetition, corporeal impregnation, “reading”, “writing”, or representation (the iconography of visions)? Why are ritual languages beyond the ordinary conventions of human communication? What is an “encounter” between humans and nonhumans, when the face-to-face appears struck by impossibility?  

The anthropology of the pharmakon: Perception and transformations of forms of life

The second component of her research explores forms of categorizing the living and the topic of trans-species ecological relations through the notion of pharmakon. This approach studies the way that humans, as demiurges, bring their remedies and their poisons into the world. The starting point is an ethno-botanical and ethno-medical survey carried out over several years in the field in the Amazon, regarding shamanic therapeutic practices among the Runa, Achuar, Shipibo, Cocama, and Amerindian mixed-blood experts. By studying the pharmakon, Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca addresses emic definitions of perception, altered states of consciousness, and the forms of sensorialities that are woven between humans, plants, animals and artefacts in the expanded context of trans-species relations. This approach is used in the collective publication that she edited (Guérir, Tuer [Healing, Killing], ed. L'Herne, 2017). This book presents a comparative anthropological reflection on ethno-theories of life, healing techniques, and the boundaries maintained that separate human and nonhuman bodies.

Amerindian Christianities: Historical and semiotic studies of subversive practices related to the evangelization of the New World

This third direction of research is dedicated to studying historical and semiotic transformations in Amerindian knowledge transmission systems in a colonial and contemporary context. A specialist in Quechua languages, Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca explores the dynamic between missionaries and translators and the issues of translating Christian texts into Amerindian languages. Continuing with her surveys carried out in the lowlands, in collaboration with Pierre Déléage, the founder of this collective project, she is co-directing a research project on the semiotics of Andean writing systems in the Quechua language. The goal of this project is to scientifically analyse a writing system that is unique in the world, namely that of “Llutasga” Andean writing from the Chuquisaca region (Bolivia), which is mainly used to write down Quechua and to memorize ritual discourses pronounced during the period of Lent in Andean communities in the NorCinti region. This writing is characterized by logo-syllabic semiotics (it notates either semantic units, or, in the large majority, syllables, often with the help of a rebus) and by attached pragmatics (it is only used to transcribe a limited corpus of texts that must be memorized orally).

Fields

  • The Amazon
  • The Andes
  • Peru, Ecuador, Bolivia
  • Quechua, Achuar (jivaro), Andoa (zaparo), Cocama, Shipibo
Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
3 rue d'Ulm
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel