Thèses soutenues au Laboratoire |

Liste des thèses soutenues

Elaine Moreira

Docteure

Artifice du corps et de la mémoire : les cahiers des chants chez les Ye'kuana (Terre indigène yanomami, Roraila, Brésil)

  • Directeur de la thèse : Philippe Descola.
  • Discipline : Anthropologie sociale et ethnologie.
  • Date et lieu de soutenance : 23 mai 2012 ; Paris, EHESS.

Ce travail porte sur la production et la circulation de cahiers des chants ches les Ye'kuana. Aujourd'hui, la mobilité socio-spatiale de ce groupe karib s'exerce à plusieurs échelles. Elle résulte tant d'une relation historique avec le Venezuela où vit la majorité des Ye'kuana que des échanges intenses avec les autres populations amérindiennes karib et arawak du Roraima. A l'échelle locale, celle du village Fuduuwadunha sur le fleuve Auaris, où nous avons travaillé, c'est une mobilité de proximité qui se joue. Les cahiers des chants sont des objets maintenus avec soin. Toutefois, leurs formes de transmission ne rendent pas compte à elles seules de celle du chant qui y est attaché. Pouvoir chanter les chants, exige qu'il y ait eu un apprentissage entre maître et apprenti. Leur relation doit provoquer des changements dans les corps afin de créer les conditions nécessaires à la mémorisation des paroles et leur rythme. Malgré cet artifice - les cahiers -, la mémoire des chants est sans relâche menacée par l'action prédatrice de l'ennemi qui, lui aussi, cherche à transformer le corps de sa victime. Pour cette raison, prendre soin des corps, les artialiser, doit être une tâche non seulement des chamans et des chanteurs mais aussi de toute la parentèle. En dépit d'un désir de vie sans conflits ni maladies, les Ye'kuana savent qu'ils ne peuvent se soustraire à une guerre contre Odosha: c'est pourquoi ils perpétuent la vengeance. Ainsi, la compréhension de la production et la circulation de ces cahiers de chants ne peut se limiter à des techniques de mémorisation ou à une opposition entre oral et écrit mais passe par les registres du corps et de la prédation.

The present work deals with the production and circulation of song books among the Ye'kuana. Today, the socio-spatial mobility of this Karib group plays at different levels. It is the result of a historical relationship with Venezuela, where the majority of the Ye'kuana live, as well as of intense exchanges with other Karib and Arawak Amerindian populations of Roraima. At the local level, in the village of Fuduuwadunha on the Auaris River where field research was conducted, it is the mobility of proximity that is in play. Song books are objects the Ye'kuana take good care of. Their modes of transmission alone, however, cannot fully explain how the song contained therein are passed on. Being able to sing the songs requires a foregone learniong process between master and apprentice. Their relationship must lead to changes in the body, thereby creating the conditions necessary to memorize lyrics and rhythm. Despite the artifice of the books the memory of songs is constantly threatened by the predatory acts of enemies, who also seek to transform the bodies of their victims. For this reason, to take care of bodies, to artialize them, must be a task not only for shamans and singers, but also the whole family group. Though wishing for a life without conflict or illness, the Ye'kuana know they cannot avoid war against Odosha: that is why they perpetuate revenge. Understanding the production and circulation of song books is therefore not simply a matter of memorization techniques or opposition between oral and written, but also one of the registers of bodies, and of predation.

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
3 rue d'Ulm
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel