Thèses soutenues au Laboratoire |

Liste des thèses soutenues

Adoram Schneidleder

Docteur

Le retour inachevé d'Iqrith et de Bir'em : entre Israël et Palestine : les déplacés internes de 1948 et les espaces chrétiens alternatifs de Galilée

  • Directeur de la thèse : Pierre Bonte.

  • Discipline : Anthropologie sociale et ethnologie.

  • Date et lieu de soutenance : 12 juin 2014 ; Paris, EHESS.

Depuis leur mobilisation politique au moment du processus de paix d’Oslo, les déplacés internes de 1948 sont devenus des référents centraux pour l’imaginaire national palestinien en Israël. Par leurs pratiques de retour, les communautés originaires des villages d’Iqrith et de Bir’em, les plus médiatiques des déplacés internes de 1948, se situent à la pointe de l’élaboration de modèles culturels et politiques de la nouvelle génération de Palestiniens d’Israël. Produisant de la présence et de la mémoire là où il devait y avoir absence et oubli, ils font renaître des lieux culturels arabes du côté israélien de la Ligne verte dans les marges d’une géographie sioniste d’apparence triomphante. Or, si la singularité de ces communautés est généralement admise sur la base de circonstances historiques, cette thèse argumente qu’en amont, elle ne résulte que de leurs appartenances chrétiennes. A partir de cette démonstration, la thèse affirme la persistance d’une exception sociopolitique de la minorité chrétienne palestinienne et l’existence d’un habitus chrétien arabe en Israël qui s’appuie sur des espaces socioculturels chrétiens alternatifs. Ces espaces à dimension transnationale concentrent un potentiel important de renouveau dans le contexte israélo-palestinien aussi bien sur le plan de l’articulation des appartenances citoyennes que sur celui des expressions culturelles et des imaginaires collectifs. Si une identité sociopolitique et culturelle palestinienne en Israël, originale et différente de celles des Palestiniens ailleurs, est en cours de maturation, cette thèse indique que les espaces chrétiens alternatifs de Galilée ont un rôle considérable à jouer dans le processus.

Following their political awakening during the Oslo Peace Process, the Internally Displaced Palestinians of 1948 became essential focal points for Palestinian national imagining and sentiment in Israel. Through their practices of “return”, the communities of Iqrith and Bir’em, the most mediatised of the 1948 Internally Displaced, have played a key role in this process and in the elaboration of political and cultural models among young Palestinian citizens of Israel. By producing presence and memory where absence and erasure were intended, these practices re-establish Arab cultural place on the Israeli side of the Green Line in the margins of an otherwise apparently victorious Zionist landscape. While the unique political path of these two communities is commonly presumed on the basis of historical circumstances, this study contends that this uniqueness lies first and foremost in their belonging to the Christian minority. The study argues that the Christian Palestinian minority constitutes a socio-political exception and that a Christian Arab habitus evolves within alternative social spaces, notably in Galilee. Situated between Israel and Palestine, these transnational spaces contain a powerful potential for the transformation and redefinition of the boundaries of citizenship, cultural expression and collective imagining. If, as it is often claimed, a unique socio-political and cultural identity is currently taking shape among the Palestinian citizens of Israel, distinct from those of all other Palestinians, then this study argues that the alternative Christian spaces of Galilee have a key role to play in the process.

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
3 rue d'Ulm
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel