Recherches | Équipes

Parenté et logiques relationnelles

L’équipe « Parenté et logiques relationnelles » a pour objectif le renouvellement continu de ce champ de recherche à travers le développement d’outils conceptuels novateurs et la discussion de données empiriques actuelles. Tout en s’inscrivant dans la tradition des études de la parenté au sein du LAS, elle travaille à la fois pour approfondir et élargir le concept de la parenté, en la comprenant comme une logique des relations sociales qui ne se manifeste pas dans les seuls codes de la généalogie et de la terminologie, mais tout aussi bien dans l’architecture, dans le rituel, dans la cosmologie ou dans les rapports quotidiens d’intimité. Chaque société concevant cette logique relationnelle de manière différente, c’est à travers la comparaison de différentes logiques que l’équipe cherche à saisir les principes communs de leur construction. Ce travail comparatif et collectif qui est au coeur des activités de l’équipe s’est déroulé ces dernières années sur trois axes principaux.

L'équipe est à l'origine du projet ANR-Kinsources (2013-2016), dont le LAS était partenaire et auquel beaucoup de membres de l’équipe ont participé (création, rédaction, codage et développement). Il a permis de mettre en place une plateforme ouverte et interactive pour le partage et l’analyse des données de parenté (généalogiques, terminologiques et résidentielles) utilisées dans la recherche scientifique, notamment en anthropologie, en histoire et en démographie.

À la suite d’une série de débats menés depuis plusieurs années au sein de l’équipe autour de la question « Peut-on penser la parenté sans faire référence à la procréation ? », le programme de l’équipe sera, dans le proche avenir, entièrement consacré à la réflexion collective sur les rapports entre parenté et procréation. Cette thématique s’inscrit dans une des plus anciennes controverses de l’anthropologie et a divisé chaque génération d’anthropologues. Lourdement chargée d’implications épistémologiques, philosophiques et politiques, elle est comme peu d’autres controverses marquée par des antagonismes extrêmes et des polémiques virulentes. Toutefois, elle est loin de se dérouler autour d’une simple polarité, et montre au contraire une morphologie complexe et changeante, où de nombreuses lignes de front se croisent et se déplacent au fil des décennies. Afin de rendre compte de cette complexité, on a décidé d’adopter un nouveau format qui valorise pleinement la controverse en tant que technique de réflexion (et, à terme, de publication) collective. Contrairement à la formule habituelle des publications collectives qui consiste à traiter des sujets différents dans une perspective commune, il s’agira donc de traiter le même sujet dans des perspectives différentes, afin de pleinement exploiter le potentiel de chacune.

Dans ce but, l’équipe s’organise actuellement en plusieurs groupes de réflexion dont chacun se définit par une conceptualisation distincte et précise de la parenté (en tant qu’interface de processus sociaux et biologiques, en tant qu’institution émergente au croisement des domaines, en tant que structure formelle de réseaux relationnels, en tant qu’outil heuristique d’analyse comparative, etc.). Ces différentes perspectives sont concrétisées à travers cinq questions fondamentales concernant le statut de la procréation, des formes non généalogiques de la parenté, de la prohibition de l’inceste, des terminologies de parenté et de la diversité des systèmes de parenté. Chaque groupe établit ainsi un argumentaire qui, assorti de matériaux empiriques et de références théoriques, est posté dans un espace wiki partagé permettant aux autres groupes d’ajouter des commentaires critiques. Ce support servira de base pour une série de conférences-débats enregistrés dans lesquels chaque groupe sera appelé à défendre sa position face  aux critiques des autres. Le protocole de ce débat, y compris le dossier des argumentaires, constituera une publication numérique collective pour laquelle nous avons obtenu un accord de principe de la revue Terrain.

responsable :  Klaus Hamberger

* membres permanents du Laboratoire : A. Kanafani-Zahar, C. Ferret, Ch. Stépanoff, C. Fortier, F. Zonabend, K. Hamberger, L. Barry, L. Berger, M. Xanthakou, M. Moisseeff, O. Allard, S. d’Onofrio, Y. Ben-Hounet.

* chercheur.e.s d’autres institutions : A. Iteanu, A. Attané, A. Michelet, C. Baroin, C. Barraud, C. Darbo- Peschanski, C. Macherel, I. Daillant, L. Gabail, M. Gasparoni, I. Leblic, I. Moya, J.-L. Jamard, M. Houseman, N. Colomb, N. Manrique, V. Hirtzel, C. Collard, C. Nahum-Claudel, E. Matarezio, M. Bloch, M. Hartung.

* doctorant.e.s et post-doctorant.e.s : A. Otaegui, P. Fornasetti, A. Guevara, E. Noessing, J. Camilo Niño, J. Caruso, J. Cleuziou, N. Counord, S. Donsez, V. Losseau. 




 

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
3 rue d'Ulm
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel