Membres |

Enseignants et chercheurs

Arnaud Morvan

ATER (Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche)
Institution(s) de rattachement : Collège de France
Laboratoire(s) de rattachement : LAS

Chercheur post-doctorat, 2015/2016

Contact

Laboratoire d'Anthropologie Sociale,

3 rue d'Ulm, 75005 Paris

Tél : 33 (0)1 44 27 17 32

Courriel

 

Présentation (English below)

Ancien doctorant du LAS (2005-2010), puis membre affilié depuis avril 2014, je mène depuis une dizaine d’années, des recherches dans le domaine de l’anthropologie de l’art et des pratiques rituelles, et, plus récemment en anthropologie du vivant et des relations hommes-animales à partir de plusieurs terrains ethnographiques en Australie et en France. En avril 2015, j’ai été recruté en qualité de chercheur post-doctorant sur le projet Représentations sociales des pathogènes à la frontière entre les espèces (financé par le fond Axa 2013-2016, sous la direction de Frédéric Keck et Philippe Descola) pour étudier les représentations des maladies animales dans le totémisme australien.

Mes recherches de doctorat portaient sur le lien entre image, rituel et temporalité, à partir d’une ethnographie des arts aborigènes australiens. Ma thèse, effectuée en cotutelle à l’EHESS et à l’Université de Melbourne, intitulée Traces en mouvement. Histoire, mémoire et rituel dans l’art kija contemporain du Kimberley Oriental  (2005-2010) propose une approche ethno-historique d’un mouvement artistique contemporain, (peinture kija –Rover Thomas et Paddy Bedford) et des cérémonies rituelles associées, qui met à jour des relations signifiantes entre l’histoire des formes et l’histoire des performances. J’ai observé et documenté une cérémonie inédite de type joonba qui transpose sur un plan rituel le parcours historique d’un groupe d’artistes kija de la fin du 20ème siècle. Cette cérémonie, analysée au regard d’autres rituels avec des chants rêvés se rapportant aux peintures, m’a permis de proposer une analyse fine de la continuité entre la forme peinte et le geste rituel montrant une triple temporalité mythique, historique et biographique présente dans les œuvres sous forme d’indices et de traces.

Pendant et après ma thèse, j’ai étudié plusieurs collections muséales en Europe et en Australie (Musée des Confluences, Musée du quai Branly, Musée d’Aquitaine, Melbourne Museum, Musée National d’Ethnographie de Varsovie) pour réaliser un état des lieux des collections australiennes en France et développer des modalités de réinterprétations contemporaines et d’expositions du contenu de ces collections. J’ai ainsi participé à une dizaine d’expositions en tant que commissaire ou conseiller scientifique dont récemment Mémoires Vives : Une histoire de l’art aborigène (2013-2014, musée d’Aquitaine) qui confrontait 150 objets aborigènes anciens et leurs réinterprétations artistiques contemporaines exprimant des temporalités non linéaires, dynamiques et anachroniques). J’entreprends depuis 2014 des recherches sur le statut des restes humains dans les collections muséales et leur utilisation dans les pratiques artistiques contemporaines, interrogeant la frontière de la mort et du vivant en art. Ces préoccupations m’ont amené à interroger les liens entre certaines pratiques relevant du bioart et certaines pratiques rituelles autochtones, liées en particulier au totémisme aborigène.

Dans le cadre du programme Représentations sociales des pathogènes à la frontière entre les espèces (financé par le fond Axa 2013-2016), sous la direction de Frédéric Keck et Philippe Descola, je mène actuellement une recherche sur le totémisme australien et les représentations des maladies animales transmissible à l’homme (zoonoses). Mes travaux portent sur les relations hommes / chauve-souris dans la région du Cape York et la diffusion du virus Hendra. J’étudie les notions de barrière entre espèces dans une relation de type totémique et ses conséquences sur la circulation des pathogènes.

ENGLISH

As a former PhD student at the LAS (2005-2010) and an affiliated member since 2014, over the past ten years I have been doing research in the anthropology of art and ritual practices, and more recently in the anthropology of life forms and human-animal relations, based on multiple ethnographic fields in Australia and France. In April 2015, I was recruited as a post-doctoral researcher for the project Social Representations of Pathogens at the Frontiers between Species (funded by the Axa fund 2013-2016 under the direction of Frédéric Keck and Philippe Descola) to study representations of animal diseases in Australian totemism.

My PhD research addressed the link between images, rituals, and temporality based on an ethnography of Australian aboriginal arts. My thesis, supervised jointly at the EHESS and the University of Melbourne, entitled Traces en mouvement. Histoire, mémoire et rituel dans l’art kija contemporain du Kimberley Oriental [Traces in Movement. History, Memory, and Rituals in Contemporary Kija Art in Eastern Kimberley] (2005-2010) proposes an ethno-historical approach to a contemporary artistic movement (Kija painting – Rover Thomas and Paddy Bedford) and the associated ritual ceremonies, which shines light on meaningful relations between the history of form and the history of performance. I have observed and documented an unprecedented joonba type ceremony that transposes, through ritual, the historical trajectory of a group of Kija artists in the late twentieth century. This ceremony, analysed in light of other rituals with dream chants relating to paintings, has allowed me to propose a detailed analysis of the continuity between the painted form and ritual gesture. It demonstrates a threefold temporality that is simultaneously medical, historical, and biographical, present in works in the form of evidence and traces.

During and following my thesis, I studied several museum collections in Europe and Australia (Musée des Confluences, Musée du quai Branly, Musée d’Aquitaine, Melbourne Museum, the National Museum of Ethnography of Warsaw) in order to take inventory of Australian collections in France and to develop mechanisms of contemporary interpretation and exhibition of the contents of these collections. In this sense, I have participated in a dozen exhibitions as a curator or scientific adviser, including, recently, Vivid Memories: A History of Aboriginal Art (2013-2014, Musée d’Aquitaine), which brought together 150 ancient aboriginal objects and their contemporary artistic reinterpretations expressing non-linear, dynamic, and anachronic temporalities). Since 2014, I have been researching the status of human remains in museum collections and their use in contemporary artistic practices, with an exploration of the boundary between death and the living in art. These focuses have led me to examine the links between practices pertaining to bio-art and certain indigenous ritual practices, in particular related to aboriginal totemism.

As a part of the programme Social Representations of Pathogens at the Frontiers between Species (funded by the Axa fund 2013-2016), under the direction of Frédéric Keck and Philippe Descola, I am currently researching Australian totemism and representations of animal diseases that are transmissible to humans (zoonoses). My research covers human/bat relations in the Cape York region and the diffusion of the Hendra virus. I study the notion of frontiers between species in a totemic-type relationship, and its consequences on the circulation of pathogens.

Document(s) à télécharger

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
3 rue d'Ulm
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel