Membres |

Enseignants et chercheurs

Laurent Barry

Maître de conférences EHESS
Laboratoire(s) de rattachement : LAS

Ethnologue 

 

Contact

Laboratoire d’Anthropologie Sociale, 52 rue du cardinal Lemoine, 75005 Paris

Tél : 00 33 (0)1 44 27 17 31

Courriel

 

Présentation

Mon travail de recherche gravite autour de deux principaux axes. En premier lieu autour de l’étude des systèmes de parenté.

Les systèmes de parenté

Longtemps tenues pour le « noyau dur » de la discipline, les études de parenté connurent par la suite une durable éclipse, victimes comme bien d’autres de la déferlante néo-relativiste qui submergea l’anthropologie sociale au cours des décennies 70-90.

À partir de cette date cependant, le reflux s’amorça, et l’on ne peut que constater que ces dernières années furent a contrario marquées par un vif regain d’intérêt pour cette thématique, laquelle s’était entre-temps étoffée de quantité de questionnements nouveaux.

Mon travail ne s’attache pas à retracer l’évolution historique de l’étude de cet objet, mais bien plutôt à essayer de rendre compte à partir d’un même modèle explicatif de systèmes matrimoniaux d’une grande diversité formelle, géographique et historique : systèmes « complexes », « élémentaires », « endogames », etc.

Cette théorie des groupes de parenté se fonde sur deux postulats principaux. Premièrement sur l’idée que les unions dépendent non d’un principe positif d’échange entre groupes discrets, mais d’une perspective négative interdisant l’union au sein du « groupe de parenté » ; en second lieu sur l’idée que l’inclusion d’un individu dans ce dernier dépend de principes (souvent exprimés sous la métaphore corporelle, mais parfois liés à la transmission de la langue, à la commensalité, aux obligations de deuil, etc.) dont les vecteurs sont les éléments du couple dont il est issu.

 

La seconde orientation de mes recherches vise l’étude des changements et des transformations sociales et la différenciation entre les modèles rendant compte des phénomènes évolutifs dans les sciences de la vie et ceux susceptibles d’être utiles aux sciences de l’homme.

De la raison biologique à la logique sociale

Les normes et institutions humaines, entendu lato sensu, partagent en commun avec celles dont sont dotées d’autres espèces animales, d’être « adaptées » à des contextes particuliers. Elles ne sont pas, en ce sens, des réponses individuelles ou stochastiques mais empruntent bien à un faisceau restreint de possibles, ce qui nous dévoile clairement leur caractère « légal » et normé.

Pourtant, elles se distinguent drastiquement des comportements animaux au moins sur deux points essentiels : Cette « variabilité restreinte » qui les caractérise ne repose pas sur une diversité biologique de l’espèce, fruit d’un processus de sélection naturel : à l’échelle de temps historique où l’on peut observer l’évolution des institutions d’Homo sapiens, aucune modification génétique d’importance n’est intervenue et n’est donc en mesure de justifier la diversité de son rapport au monde.

Cette diversité ne témoigne pas non plus d’une réponse comportementale épigénétique appropriée face à une diversité de contextes écologiques spécifiques ; les institutions humaines sont souvent fort variables au sein d’une même « niche écologique » et peuvent être largement convergentes dans des contextes écologiques très disparates. La notion de « contexte adaptatif » chez l’Homme ne peut donc être entendu qu’au sens de « contexte social », d’interaction intra ou interculturel.

Or, le modèle global dont dispose les sciences de la vie pour rendre compte de l’idée de changement et d’adaptation des « normes » - i.e. des conduites récurrentes propre à une espèce animale particulière -, est celui néo-darwinien développé dans le cadre de la théorie synthétique de l’évolution. Il suppose nécessairement la présence de l’un ou l’autre de ces phénomènes pour rendre compte de l’origine d’une diversification ou d’un changement des « comportements ».

Faute donc de pouvoir invoquer un soubassement biologique possible à l’origine de la variabilité et de l’évolution des institutions et représentations humaines, il nous faut nécessairement admettre qu’elles ressortent à une raison purement « sociologique » et culturelle.

Mais de quelle nature peut alors être une « logique de la culture », ainsi entendu, susceptible de se substituer (ou, pour le moins, de se superposer) chez l’Homme à celle régissant le procès de la sélection naturelle si l’on considère qu’elle a elle-même émergée de ce dernier processus ? Quel rapport entretiennent ces deux ordres de faits, « évolution biologique » versus « évolution sociale », si l’on retient l’idée que, si la première a donnée naissance à la seconde, cette dernière fait à présent montre d’une prégnance supérieure : les structures sociales des communautés humaines « échappant » largement aux « contraintes » naturelles ?

Nous examinerons dans ce séminaire les tentatives qui se sont essayées à rendre compte de ces questions. Des travaux quelque peu caricaturaux des sociobiologistes qui - en ramenant la diversité des comportements humains à une stratégie du « gène » - se heurtent nécessairement au constat de la diversité des institutions sociales, aux études (moins simplistes mais également critiquables en ce qu’elles proposent généralement de transposer en l’état la théorie évolutionniste à l’étude de la culture) des cognitivistes contemporains, qui entrevoient des bases - au moins partiellement  - « sociologiques » à ces phénomènes.

A partir de l’étude de certaines institutions sociales se prêtant aisément à la comparaison – notamment celle des systèmes de parenté mais aussi des systèmes taxinomiques développés par certaines cultures (particulièrement ceux abordant une cladistique de l’humain et fondés sur les notions emic d’ethnie, de classe, de caste, de « races », etc.) – mon travail s’essaye à cerner les bases possibles d’une théorie des « transformations sociales » qui soit enfin débarrassée de l’omniprésence du modèle biologique ainsi, bien entendu, que de toute scorie idéologique héritée du modèle hiérarchique et téléologique développé par l’anthropologie évolutionniste du XIXe siècle.

 

L’exploration des multiples facettes de ces phénomènes liés à la parenté et à l’idée de changement social a déjà fait l’objet de diverses publications et communications orales. Elle constitue la trame de fond des séminaires que je dispense à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

 

Thèmes de recherche

  • Parenté,

  • Changement social

 

Terrains

  • Peuls, Cameroun, Afrique

 

Enseignements et séminaires

  • « Atelier de formation : Parenté I/Parenté II » (avec Isabelle Daillant, Klaus Hamberger, Michael Houseman et Enric Porqueres).

 

Principales publications

  • 1998b « Les modes de composition de l’alliance. "Le mariage arabe"», L’Homme, 147 : 17-50.

  • 2000b (sous dir.) Question de parenté, numéro spécial de L’Homme, 154-155.

  • 2000c « Le mariage endogame en Afrique et à Madagascar » in Laurent S. Barry (sous dir.), Question de parenté, numéro spécial de L’Homme, 154-155 : 67-100.

  • 2002b « Enseigner la parenté », (présentation du dossier) Gradhiva, 32 : 71-76.

  • 2005d « Hymen, Hyménée ! Rhétoriques de l’inceste dans la tragédie grecque », L’Homme, 175-176.

Document(s) à télécharger

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
52 rue du Cardinal-Lemoine
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 31
Courriel