Séminaires du Laboratoire | Séminaires des équipes

Anthropologie de la perception: cosmopolitiques des attachements

Séminaire 2019-2020 : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/3648/

Cosmopolitiques des attachements

 
4 juin 2019: quatrième et dernière journée de l'année:
 
- de 10h à 12h, salle 13, 105 bd Raspail: Florence Brunois Pasina présentera "la désolidarisation entre humains et non humains face à la catastrophe écologique et sanitaire du dernier séisme en Nouvelle-Guinée ou la fin vrai d'un monde?"
- de 13h à 15h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris:  oraux des étudiants.

Le séminaire « Cosmopolitiques des attachements » propose d’inventorier et comparer les manières dont les communautés locales, notamment les peuples dits autochtones, ré-agissent aux bouleversements que rencontrent leurs attachements à la terre et aux êtres qui peuplent leurs territoires.

En effet, là où l’Occident, par le récit de l'Anthropocène, commence à mettre en doute l’idéal d’une humanité détachée de sa terre, les autres collectifs non anthroposcénisés témoignent d’un récit de l’humanité distinct, qui fait souvent valoir un mode d’attachement plus « encastré » et « intégré » à la multitude d’êtres qui peuple leur terre.

Face aux bouleversements environnementaux devenus particulièrement saillants ces dernières décennies, il apparaît clairement que ce qui émeut et met en mouvement ici, n’émeut pas de façon symétrique là-bas. Les détachements induits par la globalisation (à l’égard des esprits, des mers, des terres, des lieux, des êtres humains et non humains, des moyens de production et d’échange, etc) ne produisent pas les « rattachements » escomptés par l’Occident. On voit plutôt apparaître la création de nouvelles attaches aux êtres, qui conditionnent l’émergence de nouveaux collectifs et reconfigurent l’écologie des mondes partagés.

C’est l’émergence de ces nouveaux assemblages locaux et globaux, spécifiques et interspécifiques, que nous souhaitons appréhender en portant toute notre attention sur les interrelations liant les humains aux non humains défiés par les métamorphoses de leur habitat partagé.

Pour ce faire, nous nous appuyons sur le concept d’attachement tel que l’a redéfinit René Zazzo (1974) à partir des travaux pionniers des éthologues Lorenz et Harlow et du psychanalyste John Bowlby (1969).

L’attachement y est entendu comme une disposition d’être au monde partagée, une tendance originelle et permanente à rechercher dans son environnement la relation à autrui et à promouvoir l’interaction et la coopération entre les individus. Cette propension à se lier à l’autre répondrait d’un besoin primaire de l’être humain qui ne lui serait pas propre puisqu’elle s’observe chez d’autres êtres non humains, ce qui explique la faculté de l’attachement à lier des individus d’une même espèce ou de deux espèces différentes.

Ce séminaire entend évaluer la fertilité de ce concept dans la compréhension des transformations qui animent aujourd’hui les collectifs d’humains et de non humains face aux transformations climatiques et autres phénomènes mondialisés.

À partir d’études de cas ethnographiques, nous chercherons à inventorier et comparer les multiples formes d’attachements et de détachements aux êtres et à la terre, lesquels constituent autant de « cosmopolitiques des attachements » mises en œuvre par les humains.

Le séminaire se tiendra sous forme de 4 journées lors desquelles des chercheurs présenteront une étude de cas ethnographique. Ces exposés, accompagnés de films, seront suivis d’une discussion collective visant, à partir de ces données, à explorer les problématiques liées à la cosmopolitique des attachements. Le séminaire sollicitera donc l’anthropologie et l’ethnographie en premier chef. D’autres disciplines telles que l’écologie, l’éthologie, les sciences cognitives, la psychanalyse, la biologie, la linguistique, l’histoire, les sciences politiques, le droit, les arts ou la philosophie seront également mobilisées.

Il est ouvert aux étudiants en master 1 et 2 qui pourront le valider par la présence aux 4 séances et la remise d’une fiche de synthèse libre sur une ou l'ensemble des journées.

La bibliographie référente au séminaire et aux chercheurs est donné ci-dessous.

La journée du 1er mars sera animée par Barbara Glowczewski (de retour de terrain ), et consacrée à l'Australie et aux luttes partagées avec d'autres peuples autochtones, notamment en Guyane. Un jeu sera proposé pour comprendre l'organisation sociale et rituelle de la cosmologie totémique des Warlpiri et de leurs voisins du désert.

La séance du 28 mars (déplacée le 4 juin) sera animée par Florence Brunois-Pasina (également de retour de terrain), et consacrée à la solidarité entre humains et non humains face à la catastrophe écologique et sanitaire du dernier tremblement de terre en Nouvelle-Guinée.

Le 4 avril Nastassja Martin présentera ses recherches et son dernier séjour dans le Kamchatka (nord-est de la Fédération de Russie)
 
et l'après-midi, Caroline Darroux, ethnologue (associée CGC, Université de Bourgogne), directrice scientifique de la Maison du patrimoine oral de Bourgogne (ethnopole ) présentera comment les populations locales, du Morvan au bassin minier de Saône-et-Loire, résistent à l'effacement continu de la profondeur de leur existence par la production de récits collectifs.
Les récits oraux, loin de se conformer à l'immatérialité inactive dans laquelle la société occidentale les a confinés, performent le réel en déployant des trames politico-fictionnelles, des êtres liminaires et en reliant des temporalités sur un même continuum. Ils font émerger des figures libertaires autour desquelles les groupes s'assemblent pour resingulariser leur rapport au lieu face aux téléologies et aux normes dominantes du progrès, du capitalisme et de la modernité. De nouvelles solidarités s'inventent d'un jeune adulte venu d'Algérie à la vieille femme indocile qui habite le Morvan. Cette mécanique narrative, le plus souvent cachée et infrapolitique, surgit par un travail prolongé d'ethnographie active. L'acte ethnographique peut alors prendre place dans une dynamique de sortie collective du désœuvrement politique. Ce processus est celui de la "Fabrique à rêves" qui sera présenté. Cette Fabrique se concrétise depuis un an et demi avec l'artiste Benjamin Burtin, elle est portée par la collectivité (CIAS de l'Autunois) et la société civile (la MPOB). Elle a pour ambition de questionner la convergence entre les attachements d'ici et d'ailleurs, et faire travailler la notion d'autochtonie au sein de l'orbite occidentale.
 
Le 9 mai, Séverine Lagneaux, Laboratoire d'Anthropologie prospective (LAAP) Université de Louvain (UCL) interviendra sur : "Moi, je les tiens à l’œil ! Prédiction et prévoyance en élevage européen".

Jean-Marie et Marc sont tous deux éleveurs. A première vue et selon un examen peu attentif de leurs usages des techniques, nous pourrions penser que ces hommes effectuent des mouvements contraires. En effet, alors que Jean-Marie a laissé tomber son élevage porcin industriel pour créer ses propres « gites » de plein air sur base de son observation fine et de sa connaissance accrue de ses animaux, Marc a délégué plusieurs tâches contraignantes, dont la traite de ses vaches, à des robots. De cette façon, l’on pourrait superficiellement penser qu’à un rapprochement des cochons s’opposerait un éloignement des vaches. Il n’en est rien ainsi que nous le montrerons : attachement et détachement se combinent de part et d’autre. Les éleveurs reconnaissent tous deux de plus en plus de capacités à leurs bêtes et en usent pour améliorer leur vie domestique hybride de façon différente des modèles de conduite préconisés par les techniciens et les agronomes. Ainsi nous n’assistons pas à un remplacement de l’observation par la technologie mais bien à une composition de prédiction par projection et de prévoyance sur base de l’interprétation d’indices en vue d’anticiper tous problèmes contrevenant à la routine de l’élevage dont les êtres vivants qui la composent en dépendent tout à la fois.

L'après-midi, Arnaud Morvan, chercheur sur contrat (Collège de France/LAS),  présentera ses travaux sur l'attachement à la terre et la créativité onirique des artistes Kija du Kimberley (Australie du Nord-ouest). Voir Cahiers d'Anthropologie sociale 17 Images visionnaires.

Bibliographie

 

    Bowlby J. 1978. Attachement et perte. : Volume 1, L'attachement, Paris, PUF.

   Brunois, F. 2004 "La forêt peut-elle être plurielle ?" Définitions de la forêt des Kasua de Nouvelle-Guinée in, La (Dé)politisation de la culture ? Anthropologie et Sociétés, vol 28, n°1, 2004: 89-107.

  Brunois, F. 2007. Le Jardin du Casoar, La forêt des Kasua. Savoir-être et savoir-faire écologiques, Paris, Éditions CNRS/MSH, Collection Chemin de l’éthnologie.

  Brunois, F. 2013. « Transformations and ontological conflict: the resistance of the non-human beings among Kasua People », In PNG: Securing a Prosperous Future, Eds Jonathan Ritchie and Ted Wolfers, Crawford House, Australie.

   Brunois, F. 2014. « L’animal dans une société sans miroir ». Anthropologie et Société, Les liaisons animales: questions d’affects, 39 1-2, 2015, p: 85-103.

   Brunois, F. 2015. « Une forêt de signes ou l’interspécificité de la narration chez les Kasua de Nouvelle-Guinée ». Multitude 60 : Parler Nature. Automne 2015, p : 56-64.

   Brunois, F. 2015. « Traduire sans trahir les diverses manières d’être au monde : défi anthropologique et/ou utopie politique ? ». La Revue du Commissariat Général du Développement Durable, N° Nature et Richesse des Nations, septembre 2015, p: 15-25

  Brunois, F. 2016.“ La diversité des représentations et des attachements des systèmes de valeurs». Valeurs vertes, le magazine du développement durable, Hors Série 2016- 2017: Quelles éthiques pour les relations Humains-Biodiversité ?, p7-31.

   Candea M. et al (ed). 2015. Detachment. Essays on the limits of relational thinking. Manchester : Manchester University Press.

    Darroux, C. « Refigurer le monde. La vieille femme salie, ses restes, ses narrations, sa résistance. Morvan XXe-XXIe siècles », Réparer le monde, excès, reste et innovation, Techniques et cultures, n° 65-66, EHESS, 2016.

   Descola, P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard : p 183-202.

   Dupuis, D. 2016. Les murmures de l’ayahuaca. Parcours rituel et transmission à Takiwasi. Thèse de doctorat (EHESS, Paris, sous la dir. de P.Descola).

    Glowczewski, B. 1991, Du Rêve à la Loi chez les Aborigènes, PUF.

    Glowczewski, B. 2004. Rêves en colère, Plon, Terre Humaine (version Pocket, 2016).

    Glowczewski, B. 2016. "Debout avec la terre", Multitudes 65, Matières pensantes.

   Glowczewski, B. 2017 (nlle préface, 1e ed. 1989). Les rêveurs du désert. Peuple Warlpiri d'Australie. Actes Sud. Paris, Babel.

   Guattari, F. 2013. Qu’est-ce que l’écosophie ?, Textes présentés par Stéphane Nadaud, Lignes/imec.

  Hénnion, A. 2015 « Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, URL : http://sociologies.revues.org/4953

   Lagneaux, S. 2015 « Faire comme si et faire comme ça. Imitation et analogisme en élevage laitier robotisé, in Tsantsa 20.

   Lainé, N. 2017. « Travail interespèces et conservation. Le cas des éléphants d’Asie », Écologie et Politique (54) : 45-64.

   Lainé, N. 2017, « Surveiller les animaux, conserver l’espèce. Enjeux et défis de la surveillance de la tuberculose chez les éléphants au Laos », Revue Anthropologie des Connaissances, (2017/1) : 23-44.

   Latour, B. 2015. Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris : Les Empêcheurs de tourner en rond, chapitre 1.

    Latour, B. 2000. « Factures/fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement », in

Micoud A. et M Peroni (éd.). Ce qui nous relie. pp. 189-208.

   Martin, N. 2016, Les âmes sauvages, La Découverte.

  Morvan, A. 2019, “Rêve et réminiscences plurielles dans l’art de Rover Thomas (Australie), In Cahiers d’Anthropologie Sociale, N°17, “ Images visionnaires, Eds: David Dupuis et Maddalena Canna, Paris, l’Herne.

Tsing Lowenhaupt, A. 2003. « Agrarian Allegory and Global Futures », In P. Greenough & A.Lowenhaupt Tsing, Nature in the Global South : Environmental Projects in South and Southeast Asia, Duke University Press, 124-170.

   Tsing, A. 2017, Le champignon de la fin du monde, La Découverte.

    Zazzo R. 1979. L’attachement. Paris : Delachaux et Nestlé.

 

Suivi et validation pour le master : Mensuel annuel/bimensuel semestriel (4x6 h = 24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Centre : LAS - Laboratoire d'anthropologie sociale

Renseignements :

le séminaire "Cosmopolitiques des attachements" est un séminaire de recherche (LAS/CNRS/EHESS) de l'équipe Anthropologie de la percetion : cosmopolitiques des attachements du LAS.

Direction de travaux d'étudiants :

le suivi des étudiants se fait sur rendez-vous. Pour la validation, les étudiants sont invités à suivre l'ensemble des séances du séminaire et à restituer une fiche synthétique à partir d'un cas ethnographique présenté au séminaire ou sur l'ensemble des interventions.

Pour une direction de master 1 et 2, contacter F. Brunois Pasina et B. Glowczewski.

Pour une direction de thèse de doctorat, contacter B. Glowczewski.

Réception :

contacter les chercheurs par courriel pour prendre rendez-vous.

Niveau requis :

le séminaire est ouvert sans niveau requis.

Site web : http://las.ehess.fr/

Adresse(s) électronique(s) de contact : flobrunois(at)gmail.com, barbara.glowczewski(at)gmail.com, nastafaride(at)hotmail.com, nicoelephant(at)gmail.com

Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

flux rss  Actualités

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
52, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 32
Courriel