Publications |

Ouvrages de 2006 à 2012

Mythe, conte et enfance.

Mythe, conte et enfance.

Les écritures d'Orphée et de Cendrillon

Nicole Belmont
2010 [2010]
Les folkloristes du XIXe siècle comprenaient les contes comme des formes dégénérées des mythes. Or l'auteur compare la légende d'Orphée et Eurydice à La fille du diable, rapproche Cendrillon de Hestia et observe que la ligne de partage entre populaire et savant, que la dichotomie mythe/conte devait tracer, perd de son évidence. De même elle montre que "les enfants ne sont pas assez vieux pour les comprendre". Comment expliquer sinon que les éditeurs publient des versions édulcorées des contes lorsqu'ils s'adressent aux enfants ? En interrogeant cette tension entre l’oral et l’écrit, qui font les deux régimes d’existence du conte. N. Belmont scrute l’entreprise pionnière des frères Grimm et observe que le mode de transmission change la nature du conte. Elle suggère alors de reporter notre attention de l’énoncé vers l’énonciation. Le conte est une activité du dire. Elle ouvre ainsi la voie à cette créativité de l’agir qui place au premier plan le pouvoir créateur du conteur. Raconter n’est pas un art de la réplique, c’est une invention située. Dès lors, un conteur n’est pas le dépositaire de la mémoire collective, il en est l’artisan.

Pour citer ce document

, «Mythe, conte et enfance.», las [En ligne], Ouvrages de 2006 à 2012, Publications, mis à jour le : 09/12/2011
, URL : http://las.ehess.fr/index.php?975.
Collège de France
CNRS
EHESS
Labex TransferS
PSL Research University

Calendrier du LAS

Intranet (WikiLAS)

 

Laboratoire d'Anthropologie Sociale
52 rue du Cardinal-Lemoine
75005 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 17 31
Courriel